Alerte pollution

Pollution atmospherique par des particules fines (PM10) - Alerte niveau 1

Mis en ligne le

Le département de l'Indre est concerné par un dépassement du seuil d'information et de recommandations en particules PM10 ce lundi 23 janvier 2017. La tendance est à la dégradation de la qualité de l'air.

Ce dépassement en particules en suspension PM10 correspond à des concentrations supérieures à 50 microgrammes/m3 par jour dans l'Indre.

Mesures mises en œuvre

  1. Secteur résidentiel – tertiaire : tout brûlage à l’air libre est interdit (sauf pour motif de sécurité publique) durant la période de pollution.
  2. Secteur agricole : le brûlage des résidus végétaux agricoles est interdit jusqu’à la fin de l’épisode, sauf raison de sécurité publique.
  3. Secteur industriel et de la construction : les travaux générateurs de poussières (chantier de démolition…) sur les chantiers ne peuvent être réalisés que si un arrosage permettant l’abatage des poussières est mis simultanément en œuvre. Les installations classées les plus polluantes mettent en œuvre les dispositions prévues dans leur arrêté d’autorisation ICPE en cas d’alerte à la pollution en fonction de l’épisode rencontré.
  4. Secteur des transports : la vitesse maximale sur tout le réseau routier limitée normalement à 110 km/h ou plus est abaissée de 20 km/h. Les contrôles de vitesse et anti-pollution sur route sont réalisés sur les axes concernés. Les organismes ayant mis en place un PDE/A font application des mesures qu’ils ont prévues (niveau 1).
  5. Collectivités : les collectivités font application des mesures qu’elles ont prévues en fonction de l’épisode rencontré.

Recommandations sanitaires

Pour toute la population, il est recommandé de réduire les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions) et, en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (par exemple essoufflements, sifflements, palpitations…), de prendre conseil auprès de son pharmacien ou consulter son médecin.

Toutefois, il convient de maintenir les pratiques habituelles de ventilation et d’aération (la situation, lors d’un épisode de pollution, ne justifie pas des mesures de confinement) et de ne pas aggraver les effets de cette pollution en s’exposant à des facteurs irritants supplémentaires : fumée de tabac, utilisation de solvants en espace intérieur, chauffage au bois, exposition aux pollens en saison…

Pour les personnes vulnérables (femmes enceintes, nourrissons et jeunes enfants, personnes de plus de 65 ans, personnes asthmatiques, personnes souffrant de pathologies cardiovasculaires, insuffisants cardiaques ou respiratoires…) ou sensibles (personnes se reconnaissant comme sensibles lors des pics de pollution et/ou dont les symptômes apparaissant ou sont amplifiés lors des pics, par exemple les personnes diabétiques ou immunodéprimées, les personnes souffrant d’affections neurologiques ou à risque cardiaque, respiratoire, infectieux), il est, de plus, recommandé :

  • d’éviter les déplacements sur les grands axes routiers et à leurs abords, aux périodes de pointe ;
  • de reporter les activités qui demandent le plus d’efforts, en particulier les activités physiques et sportives intenses (dont les compétitions), autant en plein air qu’à l’intérieur ;
  • en cas de gêne respiratoire ou cardiaque (essoufflement, sifflements, palpitations) : de prendre conseil auprès de son pharmacien ou de consulter son médecin notamment pour savoir si son traitement médical doit être adapté ; de privilégier des sorties brèves et demandant le moins d’effort.

Recommandations générales

  • Évitez l’utilisation de la voiture en solo en recourant aux transports en commun et au covoiturage. Sauf pour les personnes vulnérables ou sensibles à la pollution, l’usage du vélo ou la marche à pied ne sont pas déconseillés.
  • Les entreprises et administrations sont invitées à adapter les horaires de travail pour faciliter ces pratiques. Le recours au télétravail est également recommandé.
  • Sur la route, adoptez une conduite souple et une vitesse modérée et respectez les limitations de vitesse exceptionnelles mises en place. Des contrôles de vitesse ou des contrôles antipollution peuvent être réalisés.
  • Tout brûlage à l’air libre de déchet est interdit toute l’année. Cette pratique est sanctionnable. En particulier, apportez les déchets verts en déchetterie où ils pourront être recyclés ou valorisés.
  • Pour vos travaux, privilégiez l’emploi d’outils manuels ou électriques plutôt qu’avec des moteurs thermiques.
  • [De plus, en période de chauffe : du 15/11 au 15/04] : Ne faites pas de feux de cheminées et n’utilisez pas de poêle ancien, sauf s’il s’agit de votre mode de chauffage principal. Assurez-vous qu’il a été révisé récemment par un professionnel.
  • Maîtrisez la température de votre logement : 1°C de plus, c’est 7 % de consommation d’énergie en plus, soit autant sur votre facture.

Secteur agricole

  • Reportez, si possible, les épandages de fertilisants minéraux et organiques à la fin de l’épisode.
  • Si l’épandage est indispensable, privilégiez les procédés d’épandage les moins émetteurs d’ammoniac tels que l’utilisation de pendillards ou l’injection et procédez à un enfouissement rapide des effluents.
  • Bâtiments d’élevage et serres : vérifiez le bon fonctionnement de vos équipements de chauffage. Assurez-vous que les vérifications et entretiens périodiques ont été réalisés. Abaissez si possible la température de consigne de chauffe de quelques degrés pendant la durée de l’épisode.

Secteur industriel et de la construction

  • Pour les activités de production : soyez vigilant sur l’état de vos installations de combustion et sur le bon fonctionnement des dispositifs anti-pollution.
  • Reportez, sauf nécessité impérative, les opérations ponctuelles qui pourraient être à l’origine d’émissions atmosphériques polluantes.
  • Sur les chantiers, la mise en place des mesures visant à réduire les émissions de poussières est obligatoire (arrosage…).
  • Évitez l’utilisation de groupes électrogènes pendant la durée de l’épisode de pollution.

Le site Internet Lig'Air vous permet de connaître les concentrations journalières de polluants dans la région.

Retour en haut de la page