Exposition

Dans l’intimité du Grand siècle (1610-1715)

  • Du , au

Adresse :
Musée-hôtel Bertrand
2 rue Descente des Cordeliers
36000 Châteauroux

Trois cents ans après la mort de Louis XIV, le "Roi Soleil", dont le règne marque l'apogée du « Grand Siècle », apogée préparée par Henri IV et Louis XIII, que reste-t-il de son œuvre en dehors de Versailles ? Du 19 septembre au 31 décembre 2015, deux expositions simultanées à Châteauroux présentent le fil de l'histoire du roi et de son peuple, histoire intime au Musée-Hôtel Bertrand, histoire intellectuelle, spirituelle et religieuse aux Archives départementales de l'Indre.

 Le Grand Siècle en Bas-Berry : "l'esprit du Grand Siècle" aux Archives départementales de l'Indre

 Le Roi et son siècle

« Le métier de Roi est grand, noble et délicieux, quand on se sent digne de bien s'acquitter de toutes les choses auxquelles il engage ; mais il n'est pas exempt de peines, de fatigues, d'inquiétudes », dit Louis XIV selon François Bluche, son biographe. « Sans être savant, Louis XIV écrit bien. Il aime les beaux-arts et les protège ; il se connaît particulièrement en musique, en peinture et en bâtiments », apprécie l'ambassadeur du Grand-Electeur de Brandebourg. Mécène à coup sûr, même si l'artiste doit se garder de heurter les goûts du Maître : « Ôtez de ma vue ces magots », dit-il avec mépris des tableaux de genre familiers des petits-maîtres hollandais ou flamands. La production intellectuelle est alors soumise à l'académisme, ou « l'étiquette de l'art » et « la maxime de l'ordre », le « grand goût » apparu déjà au temps de Louis XIII et de Richelieu. Pourtant le royal protecteur de Molière et de Lully ne songeait à ses débuts qu'à sa gloire et à ses amours… Ami des arts plus que des hommes de lettres et de science, plus conformiste que dévot, il ne se convertira que sous l'influence du Père de La Chaise, de Bossuet et de Mme de Maintenon, même si ce n'est pour eux que par « peur de l'Enfer ».

Le siècle de l'esprit

Le XVIIe siècle est aussi celui de la science et de ses progrès. De Galilée à Newton, de Pascal et Fermat à Leibniz, il faut alors concilier les faits de l'expérience et les données de la Révélation, de la Providence et de la Bible. En fin de siècle, le cartésianisme tente de s'imposer, mais « le vieux roi isolé, débordé, n'arbitrait plus », constate l'historien Hubert Méthivier. C'est avant 1690 que sa gloire avait été chantée en vers et en prose, frappée en médailles, tissée en tapisseries… La fin du règne, marquée par des revers et des famines, n'est pas non plus sans grandeur mélancolique. La langue française progresse avec Furetière, le droit avec le Code Louis et une pléiade de juristes, l'histoire avec Catherinot et La Thaumassière, la géographie avec cartographes et arpenteurs, et même la médecine raillée par Molière ! Le Berry est marqué par un approfondissement religieux visible par la puissance et l'influence du clergé, des confréries, ainsi que par un art religieux puissant.

Gravures, ouvrages et documents d'archives originaux révèlent « l'esprit du Grand Siècle en Bas-Berry » et contribuent à la connaissance de cette période classique, pompeuse et éclatante, mais aussi dramatique, humaine, attachante.

Exposition ouverte du 19 septembre au 31 décembre 2015

Du lundi au vendredi de 8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h00 sauf le mardi.

Entrée gratuite.
Ouverture exceptionnelle les 19 et 20 septembre 2015 à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine Direction des Archives départementales de l’Indre 1 rue Jeanne d’Arc –
36000 Châteauroux
Contact 02.54.27.30.42
Site Internet  ou par courriel.

Dans l’intimité du Grand Siècle (1610-1715) au Musée-Hôtel Bertrand

On a souvent tendance à confondre les fastes du Grand Siècle avec les fastes de Louis XIV et de Versailles...

S’il est vrai que le roi, ses artistes et artisans de génie donnent le ton, leurs productions sont surtout destinées à éblouir les cours d’Europe et les ambassadeurs du monde. Rares sont les demeures parisiennes ou de province à pouvoir rivaliser avec un tel luxe... d’autant que la chute fracassante de Fouquet, qui s’est rêvé l’égal du roi, voire son maître, a profondément marqué les esprits.

Toutefois, il est indéniable que le confort des maisons particulières, des nobles ou de la haute bourgeoise, des citadins aussi change. Sous l’influence des efforts de pacification civile et religieuse d’Henri IV, la bourgeoisie, souvent calviniste, ne se cache plus. Louis XIII et Richelieu préparent les formes nouvelles d’un pouvoir que Louis XIV met en place après les soubresauts de la Fronde. C’est un “Grand Siècle” qui se dessine, de conquêtes, de gloire qui place la France au premier rang.

Les intérieurs deviennent plus cossus, les répartitions des pièces et leurs destinations changent suivant le modèle de l’Hôtel particulier parisien. Sous l’influence de la capitale et de la cour qui tissent de nombreux et étroits liens avec la province, tout ce qui est nouveauté de bon ton devient “à la française”. Tout est mesure, austérité élégante, harmonie et le maître mot devient “symétrie”. Il suffit de lire Mme de Sévigné, Ménage, Molière pour entrer dans cette intimité feutrée où l’enrichissement général du royaume se laisse voir sans fausse pudeur.

Et c’est à travers l’aménagement de petits cabinets que les Musées de Châteauroux feront découvrir leurs collections consacrées au Grand Siècle.

Exposition ouverte du 19 septembre au 31 décembre 2015 (sauf les lundis)
10h-12h et 14h-18h 1er octobre-31 décembre : 14h-18h

Entrée gratuite.

MUSÉE-HÔTEL Bertrand
2, rue Descente des Cordeliers –
36000 Châteauroux
Contact : 02 54 61 12 30
musees@ville-chateauroux.fr 

Jean-Yves Patte

Téléchargez le communiqué de presse

Retour en haut de la page