Danse

Light Bird

  • Du , au

Adresse :
Équinoxe scène nationale
Avenue Charles-de-Gaulle
36000 Châteauroux

Grues de Mandchourie et poème dansé : symbole d'immortalité en Asie, révéré en Corée pour sa beauté, à l'origine du HakChum (danse de la grue) et de moult contes, sans oublier figures du taï-chi et d'origami, cet échassier à l’incroyable esthétique ne pouvait qu'inspirer ce chorégraphe, passionné d'ornithologie et à qui l'on doit déjà La Confidence des oiseaux et Swan (cygnes et danseuses...) ; lui qui a croisé la Cie Pilobolus et Alwin Nikolais à New York, Suzanne Linke et Trisha Brown, rend ici hommage à cet oiseau de légende qui incarne sagesse et paix ; célébré pour la relation séculaire qui le relie à l'homme ; il s'agit bien ici de transcendance et de ces grues qui accompagnent les âmes des humains dans leur ultime voyage... « Cousines » de celles qui, en Berry, dessinent dans le ciel le cycle des saisons, et que nous guettons ému(e)s à l'approche de l'hiver puis du printemps « annoncé » ; les grues de Mandchourie, parmi les plus grands oiseaux du monde, se distinguent aussi par leur parade nuptiale et leurs rituels dansants subjuguants... Depuis leurs vasières, leurs rizières, sur l'île de Hokkaido (leur berceau), mais aussi en Chine, en Corée ou en Russie, capables de vivre jusqu'à soixante ans, elles ont toujours fasciné par leur « présence » métaphysique ; « on ne croise pas impunément le regard d'une grue de Mandchourie, quelque chose vibre, comme une émotion immémoriale » dit Luc Petton. Nous vous convions à ce « temps suspendu » ; l'aléatoire, l'indéfinissable ; du très mystérieux se joue sous nos yeux...

« Il y a 400 ans, en Mandchourie, la nonne Fang Chi Nian étendait ses draps à sécher au soleil. Tous les jours une grue venait se poser sur l'un d'entre eux. Dans un premier temps, la femme la chassa ; le lendemain, plutôt que de l'épouvanter, elle lui fit une place en posant un drap au sol à chaque fois qu'elle tendait les autres. Elle l'invitait ainsi à apparaître, et la grue venait... »

Retour en haut de la page