Exposition

Objectif Terre : 18e Biennale internationale de Céramique de Châteauroux

  • Du , au

Adresse :
Musée-hôtel Bertrand
2 rue Descente des Cordeliers
36000 Châteauroux

Revenir pour aller plus avant, réapprendre à lire la forme en dialogue avec l’espace, sonder la matière.

Entrée gratuite du mardi au dimanche, de 10h à 12h et de 14h à 18h.

La 18e édition de la Biennale de Céramique de Châteauroux présente près de 35 artistes et céramistes internationaux pour 80 oeuvres environ. Une place conséquente est laissée à la recherche, à l’investigation, aux croisements de médiums. Plusieurs duos ont été formés pour l’exposition, mêlant outre la photographie et la vidéo, le bois et la céramique, la peinture à l’huile et le grès, la matérialité de la lumière et la porcelaine... L’objet de ces dialogues, tous menés sur un pied d’égalité et une sympathie mutuelle, est d’ouvrir, de décloisonner, d’autoriser les audaces. Bien souvent, ces audaces nouvelles reprennent les sillons des générations précédentes et passent par une redécouverte de pratiques délaissées. Beaucoup d’oeuvres ont été créées spécifiquement pour la Biennale.

Retour vers le futur

Un certain nombre d’expositions internationales plaident aujourd’hui en faveur d’un “retour à” non par conservatisme ou nostalgie, mais par souci de déjouer les tentations d’enfermement vers lesquelles peut aller la céramique contemporaine. Objectif Terre participe de ce ressourcement historique et technique tout en ouvrant grand ses portes à des oeuvres interactives et conceptuelles.

Revisiter les recettes de Jean Carriès

Les Musées de Châteauroux, en partenariat avec le Centre des Archives Historiques de la Nièvre et le Musée du Grès de Saint-Amand-en-Puisaye, vont à l’occasion de la Biennale ouvrir l’accès aux cahiers d’émaillage de Jean Carriès tenus secrets depuis sa mort en 1894.

Rendre compte d’une vitalité

Il existe mille et une façons de “rentrer dans la terre”. Certains la perçoivent avant tout comme une matière, indocile, ingrate et éblouissante qui impose à jamais une lutte ; d’autres y voient des potentialités de formes, de plans couleur ou d’émaillage virtuose. La terre est ce tout protéiforme suffisamment nourricier pour échapper aux modes. Elle passerait même pour une constante anthropologique, au même titre que l’amour, la vie, la mort (cf. Martin Henatsch, Back to earth).

L’élan céramique que nous vivons participe d’un mouvement sociétal plus large marqué par le désir de faire en réfutant l’opposition main/tête (cf. Richard Sennett, Ce que sait la main). L’économie collaborative dans laquelle nous sommes désormais prône “le faire” par l’entraide. Naturellement “sociable”, la terre s’avère prédisposée à ces nouveaux usages. La main reprend ses droits sans tourner le dos au numérique, pour une céramique plus libre, éloignée de “l’enfermement dogmatique” dénoncé par Germain Viatte.

Objectif Terre ambitionne de participer à cette réflexion en cours sur le devenir de la céramique contemporaine. L’exposition ne répond, par définition, pas à une thématique précise. Elle a pour objet de rendre compte d’une dynamique incitatrice d’expériences et de recherches à mener, fourmillante de possibilités réjouissantes.

Stéphanie Le Follic-Hadida

Téléchargez le communiqué de presse

Commentaires (0)

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Retour en haut de la page