Théâtre

Princesse vieille reine

  • Du à , au à

Adresse :
Équinoxe scène nationale
Avenue Charles-de-Gaulle
36000 Châteauroux

Princesse vieille reine
de Pascal Quignard - avec Marie Vialle
samedi 28 Novembre à 20H, dimanche 29 Novembre à 16H, lundi 30 Novembre à 20H30
Durée : 1h10 - Tout public - Tarifs : de 3 à 23€

Renouailles avec Marie Vialle et Pascal Quignard…
Après Le Nom sur le bout de la langue et Triomphe du temps (reçus en 2006 et 2007), il n’y a pas de mots pour exprimer le sentiment de Joie qui vibre en nous…
Quittant le Théâtre du Rond-Point, qui la reçoit trois semaines durant, Marie Vialle nous rejoindra…
Entretemps (juin), nous serons allés à leur rencontre (Pascal Quignard, Marie Vialle) vers la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, où s’élaborera un quatrième texte porté au plateau, que nous avons l’honneur de coproduire – La Rive dans le noir, qui sera donné ici à l’automne 2016…

« L’empereur Charlemagne eut une fille qui s’appelait Emmen. Eginhard était le nom du Secrétaire du Palais. Leur attirance fut spontanée. Ils se regardèrent, ils se plurent, ils tendirent leurs mains devant eux, ils les saisirent. Aussitôt ils s’aimèrent. Ils désiraient se voir tout le temps. Il se trouva qu’un jour Emmen eut l’audace de glisser ses doigts à l’intérieur de la main d’Eginhard : c’était dans l’ombre d’une église. Un jour les lèvres d’Eginhard touchèrent la bouche d’Emmen : c’était dans un bois de peupliers. Ils tremblaient. Tout tremblait. Leurs lèvres aussi tremblèrent. Elles s’ouvrirent.

Le temps passait, versait, tournait, s’en allait, mais point leur amour. Point leur désir qui revenait sans cesse. Eginhard suppliait Emmen de lui découvrir sa nudité : c’était à la fin de l’automne, dans la roselière, sur la rive, au bord de l’Aachen. »

« Les Princesses, les vieilles reines, commencent à se colorier fières, sauvages dans mon esprit et dans mon corps. Douces et hurlantes. Elles resplendissent.

Je serai solitaire dans mon royaume. Bien au chaud dans cette solitude j’aurai la joie d’enfiler mes robes, de me vêtir de peau, de plumes et de fourrures.

Les quelques pas de maintenant deviendront marches, chutes, danses. ET toutes ensemble nous tenterons d’aimer, de dire, d’écrire, de traduire, de s’incarner, de dire adieu.

Je voudrais plonger dans mon lac intérieur, nager comme un poisson, et sécher au soleil, bien tranquillement sur la rive.

– "Oui, c’est de l’amour."
– "Oui, le sang a coulé sur la bûche de bois où je me trouvais assise."
– "Oui, la tristesse est la rive sur laquelle je me tiens."
Voilà, les mots que je dis.
Voilà ce que je sens.
Pour le reste, je n’en sais rien. »

[Marie Vialle]

Autour du spectacle

Autour de Pascal Quignard (Princesse, vieille reine) avec Marie Vialle, comédienne, et Sandrine Langelus de la Librairie l’Acacia/Paris – lundi 30 novembre à 18h30 sur le plateau d'Équinoxe

Retour en haut de la page