Théâtre

Victor F.

  • Le de à

Adresse :
Équinoxe scène nationale
Avenue Charles-de-Gaulle
36000 Châteauroux

Unique représentation de cette adaptation sensible.

« On connaît tous plus ou moins l’histoire de Frankenstein, le roman de Mary Shelley, publié en 1818 alors qu’elle n’avait que 20 ans : un génial étudiant en science, Victor Frankenstein, parvient à créer de toutes pièces, en dehors de toute fécondation, un être humain vivant, être au physique monstrueux qui se fait meurtrier dès lors qu’il comprend que sa différence l’empêchera toujours de se gagner le cœur des hommes, et avant tout celui de son créateur.

De par ses nombreuses adaptations, essentiellement au cinéma, Frankenstein est aujourd’hui devenu dans le langage courant synonyme de monstre (alors qu’il s’agit en fait du nom de son créateur) et renvoie confusément à un monde de noirceurs et d’horreurs, à une esthétique gothique parfois kitsch.

Il ne s’agit pas de nous inscrire dans cette veine. Le roman de Mary Shelley commence comme un roman d’apprentissage. L’enfance de Victor y tient une place importante, au sein d’une famille aimante, dans le cadre enchanteur des bords du lac Léman. Il est chassé hors de ce paradis par la mort de sa mère alors qu’il est encore adolescent. Derrière le projet démiurgique de créer la vie à partir de la matière inerte, il y a d’abord pour Victor celui de redonner la vie aux morts.

Victor Frankenstein est un fils de son temps, un homme des Lumières qui pense que la science peut et doit libérer l’homme de ses chagrins et de ses superstitions. En entreprenant ses recherches, il se met au service de l’humanité : "La vie et la mort me semblent des limites idéales qu’il me faut franchir, avant de déverser sur notre monde enténébré un torrent de lumière." Cette foi en la science et le droit que Frankenstein se reconnaît à créer la vie ex nihilo interrogent la défiance qui est la nôtre à l’égard de la recherche scientifique et de sa prétention à assurer le bien de l’humanité. Les malheurs qui frappent Frankenstein ne seraient-ils pas le châtiment d’une faute : celle de s’être pris pour un dieu ; créateur plutôt que créature ?

Ce discours empreint de religiosité nous est familier, il hante tous les débats contemporains sur la manipulation du vivant ; il sous-tend les controverses qui entourent le projet transhumaniste : en voulant à tout prix s’affranchir de la maladie et de la mort, l’homme ne s’attaque-t-il pas à ce qui fonde son humanité même, à savoir la conscience et le respect de ses propres limites ?

Mais la faute de Frankenstein est-elle bien celle-là ? Sa créature monstrueuse ne lui reproche pas d’être née, elle lui reproche de ne pas le reconnaître comme son fils, de ne pas assumer ses responsabilités de père. La faute, si faute il y a, serait donc réparable. »

[Laurent Gutmann, octobre 2015]

Retour en haut de la page