Élections législatives

- Agrandir l'image, .JPG 51Ko (fenêtre modale)

L’élection présidentielle a lieu les dimanches 11 et 18 juin 2017.

À Châteauroux, les électeurs sont accueillis dans 31 bureaux de vote, ouverts de 8h à 18h. Retrouvez facilement votre bureau de vote grâce à votre adresse et à la carte géolocalisée.

Châteauroux se situe dans la première circonscription de l'Indre.

Résultats du 2nd tour à Châteauroux

Inscrits : 30 657
Votants : 12 325 (40,20 %)
Blanc : 1 085 (8,80 %)
Nuls : 505 (4,49 %)
Exprimés : 10 735 (95,50 %)

Taux de participation à 12h.
Taux de participation à 17h.

Mylène Wunsch (FN) : 24,91 % (2 675 voix)
François Jolivet (La République en Marche) : 75,08 % (8 060 voix)

Les résultats des 31 bureaux de vote de Châteauroux.

Résultats du 1er tour à Châteauroux

Inscrits : 30 657
Votants : 13 941 (45,47 %)
Blanc : 233 (1,67 %)
Nuls : 120 (0,87 %)
Exprimés : 13 588 (99,12 %)

Taux de participation à 12h.
Taux de participation à 17h.

Véronique Gélinaud (LO) : 0,86 % (117 voix)
Corinne Keller (La France insoumise) : 12,80 % (1 740 voix)
Alix Penloup (Debout La France) : 0,94 % (128 voix)
Jean-Paul Chanteguet (PS) : 9,50 % (1 291 voix)
Jacques Charpentier (UPR) : 0,42 % (58 voix)
Muriel Beffara (EELV) : 3,70 % (504 voix)
Sophie Tissier (Communistes !) : 0,43 % (59 voix)
Mylène Wunsch (FN) : 11,67 % (1 587 voix)
Michel Fradet (Front de Gauche) : 2,09 % (285 voix)
Paulette Picard (Les Républicains) : 14,06 % (1 911 voix)
Gilles des Gachons (Divers droite) : 2,07 % (282 voix)
Patrick Bouyat (Le Trèfle - Les Nouveaux Écologistes) : 1,16 % (158 voix)
François Jolivet (La République en Marche) : 40,24 % (5 468 voix)

Les résultats des 31 bureaux de vote de Châteauroux.

L'élection des députés

L'Assemblée nationale forme, avec le Sénat, le Parlement de la Cinquième République française. Son rôle principal est de débattre, d'amender et de voter les lois. L'Assemblée nationale siège au palais Bourbon à Paris. Depuis 1986, elle compte 577 députés, élus au suffrage universel direct. Le scrutin, qui est uninominal majoritaire à deux tours, a lieu quelques semaines après l'élection du Président de la République. Les députés sont donc élus pour 5 ans, sauf si le Président de la République décide de dissoudre l'Assemblée nationale, qui dispose du pouvoir de provoquer des élections anticipées.

Tous les départements sont représentés par des députés. Leur nombre est déterminé en fonction de la population départementale. Des députés sont également élus par les citoyens des collectivités d’outre-mer ou ceux établis à l’étranger.

Le rôle des députés

Les députés ont une relation étroite avec leur circonscription d'élection, dont ils défendent les intérêts à Paris. Le député fait le lien entre la réalité quotidienne des Françaises et des Français et les grands centres de décision nationaux.

Chaque député peut s’inscrire ou s’apparenter à un groupe politique. Dans ce cadre, il peut plus facilement accomplir ses missions : déposer des propositions de texte, amender les lois en discussion, contrôler et questionner le Gouvernement. En choisissant de soutenir celui-ci au sein de la majorité ou, à l’inverse, de défendre les points de vue de l’opposition, en animant le débat politique dans sa circonscription, le député fait vivre la démocratie au quotidien.

Mais contrairement à une idée reçue, le député ne représente pas uniquement sa circonscription. Il détient un mandat national et représente donc la France entière. C’est en pensant aux intérêts de tous les Français, où qu’ils vivent, qu’il doit prendre ses décisions, notamment lors du vote des lois.

Le mode de scrutin

Les députés sont élus au suffrage universel direct pour un mandat de 5 ans renouvelable sauf si la législature est interrompue par une dissolution. Depuis 1958, cinq dissolutions sont intervenues : en 1962, 1968, 1981, 1988 et 1997. Il ne peut être procédé à une nouvelle dissolution durant l’année qui suit les élections.

L’Assemblée nationale est renouvelée intégralement.

Le nombre des députés est de 577 :

  • 539 pour la métropole ;
  • 27 pour les outre-mer ;
  • 11 pour les députés représentant les Français établis hors de France

Le scrutin est un scrutin majoritaire uninominal à deux tours par circonscription. Chaque circonscription correspond à un siège de député (cf. Annexe n°5).

Pour être élu dès le premier tour, le candidat doit recueillir :

  • la majorité absolue des suffrages exprimés ;
  • et un nombre de voix égal au quart du nombre d’électeurs inscrits.

Pour avoir le droit de se présenter au second tour, il faut avoir obtenu au premier tour un nombre de suffrages au moins égal à 12,5% du nombre des électeurs inscrits dans la circonscription.

Si un seul candidat remplit cette condition, le candidat ayant obtenu le plus grand nombre de suffrages après lui peut se maintenir au second tour. Si aucun candidat ne remplit cette condition, les deux candidats arrivés en tête peuvent se maintenir au second tour.

Au second tour, la majorité relative suffit pour être élu. En cas d’égalité de suffrages, le plus âgé des candidats est élu.

Les bureaux de vote

Le déroulement des opérations de vote est assuré par un bureau composé :

  • d’un président qui est le maire de la commune, un des adjoints, ou un des conseillers municipaux. À défaut, le président est désigné par le maire parmi les électeurs de la commune ;
  • si, le jour du scrutin, pour une cause quelconque le nombre d'assesseurs se trouve être inférieur à deux, les assesseurs manquant sont pris parmi les électeurs présents, sachant lire et écrire le français, selon l'ordre de priorité suivant : l'électeur le plus âgé, puis l'électeur le plus jeune ;
  • d’un secrétaire (qui a voix consultative dans les délibérations du bureau).

En outre, les candidats ont la possibilité de désigner un délégué présent en permanence dans les bureaux de vote. Il est habilité à contrôler les opérations électorales et ce, dans plusieurs bureaux de vote.

Dans l’enceinte du bureau les électeurs n’ont pas le droit de se livrer à des discussions ou à des délibérations.

Le président du bureau de vote assure seul la police de l’assemblée. Il peut requérir à cette fin toute autorité civile ou militaire.

Le dépouillement

Le dépouillement a lieu dès la fermeture du bureau de vote.

Les tables sur lesquelles s’effectue le dépouillement sont disposées de telle sorte que les électeurs puissent circuler autour.

Le dépouillement est fait par des scrutateurs et sous la surveillance des membres du bureau. Ces scrutateurs sont désignés parmi les électeurs présents. Les candidats ont également la possibilité d’en désigner.

Ce n’est qu’à défaut de scrutateurs en nombre suffisant que les membres du bureau peuvent y participer.

Les scrutateurs sont affectés aux tables de dépouillement de telle sorte que la lecture des bulletins et l’inscription des suffrages soient, autant que possible, contrôlées simultanément par un scrutateur de chaque candidat.

Ils se répartissent à raison de quatre au moins par table.

Le nombre d’enveloppes est vérifié et doit être égal au nombre d’émargements. Le dépouillement des bulletins se déroule de la façon suivante :

  • le premier scrutateur extrait le bulletin de chaque enveloppe et le passe déplié au deuxième scrutateur. Toutefois, les bulletins dont la validité est contestable (et auxquels sont jointes leurs enveloppes respectives) sont mis en réserve pour être soumis à l’appréciation du bureau ;
  • le deuxième scrutateur lit à haute voix le nom du candidat porté sur le bulletin que lui a remis le premier scrutateur ;
  • les troisième et quatrième scrutateurs relèvent sur les feuilles de pointage préparées à cet effet les suffrages obtenus par chaque candidat.

Une fois les opérations de lecture et de pointage terminées, les scrutateurs remettent au bureau les feuilles de pointage signées par eux, en même temps que les bulletins et enveloppes dont la validité leur a paru douteuse ou a été contestée par des électeurs ou par les délégués des candidats.

 

 

Retour en haut de la page