Châteauroux pour tous

Châteauroux pour tous n°84

Publié le

Depuis nos premiers déplacements en Chine en 2009 avec Jean-François Mayet, que de chemin parcouru. Nous partions convaincre nos interlocuteurs des atouts de notre territoire, de son potentiel économique et de notre volonté à développer la coopération franco-chinoise, ici, à Châteauroux. Aujourd’hui, cette même coopération prend forme.

La pose de la première pierre du hub sino-européen, qui s’est déroulée le 11 juin dernier à Ozans, en est la preuve. En présence du Ministre conseiller  économique à l’ambassade de Chine en France, Xilin Wu, des dirigeants de Beijing Capital Group et Beijing Capital Land, du président de la SFECZ Shouyu Wang, et de nos partenaires, cette coopération a été officialisée.

"EuroSity" est désormais le nom de la grande plateforme internationale qui va d’Ozans à La Martinerie. Découpée en trois zones, elle a vocation à accueillir un Pôle d’enseignement supérieur international, des activités industrielles, logistiques et culturelles.

Les secteurs industriels concernés par "EuroSity" toucheront l’électronique et l’informatique, les équipements de télécommunications, les énergies nouvelles et les éco-industries, la biochimie, l’automobile, l’aéronautique, mais aussi les équipements agricoles. Les premiers accords commerciaux ont été signés ce 11 juin avec des entreprises telles Sanei (ascenseurs) et Huawei (géant des télécoms chinois).

Avec à l’esprit la volonté de développer notre territoire et d’y créer de l’emploi, nous accompagnerons, comme nous l’avons toujours fait, ce projet d’envergure internationale. Mais pour réussir dans cette entreprise, nous avons également besoin du soutien de l’État qui, aujourd’hui, diminue drastiquement les dotations aux communes et, dans un même temps, nous impose de nouvelles charges.

La lettre ouverte, que je viens de signer avec trois édiles de grandes villes voisines (Montluçon, Bourges et Nevers), et que nous adressons au Président de la République et au Premier ministre, va dans ce sens : montrer que nous nous battons pour sauver nos villes et villages. À l’heure des grandes réformes qui touchent en particulier l’éducation et l’administration de nos régions, nous nous devons, en tant que maires, de faire entendre notre voix.

Pour continuer d’investir dans des projets qui permettront de créer de l’emploi, pour ne pas augmenter les impôts, nous voulons rester maîtres de notre budget et ne pas être une variable d’ajustement budgétaire du Gouvernement.

Gil Avérous
Maire de Châteauroux,
Président de la Communauté d’agglomération castelroussine

Retour en haut de la page