Journal de l'Agglo

Le Journal de l'Agglo n°38

Publié le

Dans le dossier du dernier Journal de l’Agglo, je m’étais alarmé des futures baisses, voire suppressions des dotations de l’État aux collectivités, dont la nôtre. J’évoquais alors les nécessaires économies que nous allions devoir faire au cours des prochaines années. Je n’imaginais même pas à quel point mes paroles étaient de doux euphémismes.

Depuis cette interview, le gouvernement a encore insisté dans ses choix de faire porter aux collectivités locales le poids de sa dette, sous le prétexte fallacieux de rentrer dans les critères budgétaires imposés par Bruxelles. Si tel venait à être le cas, non seulement notre capacité d’investissement ne remonterait pas (sauf à augmenter d’autant les impôts) au cours des prochaines années, mais elle risquerait surtout d’être réduite à une portion encore plus congrue à longue échéance.

Bien sûr, à notre échelle, nous avons su faire quelques provisions avant cette période qui s’annoncerait désastreuse pour notre pays tout entier. Mais, d’ici quelques années, notre budget ne pourrait plus garantir la tenue d’aussi grands projets que ceux que nous avons financés ces dernières années (réhabilitations de Colbert ou de La Martinerie, Coeur d’Agglo, stade de La Margotière, le M.A.CH 36), que nous poursuivons (Ozans) ou que nous venons de lancer (le complexe aquatique).

Il va sans dire que, comme de nombreux autres élus locaux, je ferai jouer tous les leviers possibles pour éviter que ce scénario catastrophe devienne réalité. Il en va de la survie de nos territoires.

Commentaires (0)

Soyez le premier à donner votre avis.

Ajouter un commentaire

Retour en haut de la page