Exposition

Exposition DUO

  • Du à , au à

Adresse : La ritournelle

Une exposition de Nathalie SECARDIN et André BREYNAERT autour de peintures et dessins qui dialoguent sur des thématiques communes.



Une exposition de Nathalie SECARDIN et André BREYNAERT

Échanger et discuter en duo amical est l’enjeu de cette exposition qui réunit deux artistes autour d’une perception du quotidien dont chacun tire matière à interprétation.

L’individu pris comme stéréotype d’une vie faite d’habitude leur inspire des séries de dessins et peintures ou « le bonhomme » et le « on » prennent sensiblement la même valeur : Être aux prises avec l’existence.

André BREYNAERT présente une série de dessins Les bonshommes inspirée des peintures figuratives de Malévitch. Il schématise des personnages qui illustrent ses journées, traversées par la répétition d’évènements, qui forment des chroniques d’existence banales, se lever, se laver, manger…

Nathalie SECARDIN utilise dans ses peintures le motif graphique « on », qu’elle répète invariablement jusqu’à en épuiser le sens et la forme. L’intention étant de faire émerger des figures stables ou informes qui pourraient donner la sensation de multitude.

Tous deux s’intéressent à la manière de produire une peinture par excroissance de formes. Tentative toujours reconduite de reprendre l’ouvrage et d’engendrer une matière qui prolifère par agrégation de signes variés et s’apparente à un tissage vitaliste.

Dans ses peintures André BREYNAERT capte des impressions sensibles dans l’expérience de la marche, les souvenirs tristes ou joyeux, les sensations, les choses vues… Tout ce travail d’enregistrement discontinu forme une matière disparate qu’il tente de couturer, de tisser en jouant sur l’instabilité de surfaces qui se chevauchent. Ces « patchworks bancals » forment une texture paysagère bigarrée.

A l’inverse, Nathalie SECARDIN part d’un même élément qu’elle répète pour créer un effet polyphonique. Le signe choisit est « on » en référence au pronom personnel à multiples facettes. D’un point de vue graphique il ressemble à une maille et s’entrelace facilement à une autre pour donner un effet de texture ajourée. La force structurante des « on » qui deviennent des lignes, relie le dessin et l’écriture dans un même geste pour donner un effet de flux contemplatif.

Du 24 janvier au 14 mars 2020

Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h.

Retour en haut de la page