Exposition

Tenir à un fil, point de bourdon

  • Du à , au à

Adresse : La Ritournelle

Delphine Caraz, artiste plasticienne, présente des sculptures et des broderies à La Ritournelle.

Tenir à un fil,

Point de bourdon

Une exposition de Delphine Caraz

Delphine Caraz est née en 1981, elle vit et travaille en Isère. Cette artiste plasticienne est diplômée de l’école des beaux-arts de Lyon.

Pour son exposition à La Ritournelle elle présente des sculptures et des broderies.

Elles sont réalisées à partir d’une réserve de tissus et de vêtements qu’elle a transformée en utilisant des fils de coton, soie, laine et des gestes issus du patrimoine textile.

Le fil est son médium de prédilection. Pour autant, le geste de piquer (ravauder, broder) n’est pas sans rappeler celui de dessiner, pour joindre les surfaces, colorier en rebrodant ou créer un rythme de textures et de graphisme, autour du point et de la ligne. Dans sa démarche artistique elle utilise le fil pour dialoguer avec le tissu (châles de laine, draps blancs, tablier de travail, taies de traversin). Une matière qui s’apparente pour elle à une peau dont elle explore tous les possibles ; le tissu craque entre ses mains, elle le reprise et le met en tension , jusqu’à lui trouver une autre forme.

Ainsi dans la série « Cœur », elle choisit des taies de traversin avec des motifs, dont elle reprise certains détails. Le geste évoque un coloriage où l’action d’isoler certaines parties fait apparaître comme des cartographies.

 Pour « Etamine », elle assemble d’énormes châles, qu’elle contient comme pour envelopper une partie du monde. Et dans le geste de faire tenir, elle rebrode certaines parties, jusqu’à disparition du motif. Ici se retrouvent des gestes communs à la couture et à la sculpture dans l’action de couper, piquer, remplir, comprimer, tendre…

L’artiste s'approprie des objets familiers pour broder autour d'histoires de familles, de souvenirs ou de questionnements plus universels. Un foulard de soie, un tablier, sont prétexte à tirer le fil d’un souvenir et d’un affect, pour interroger le corps dans son rapport à la vie intime et sociale.

 

 

 

Du 7 mai au 4 juillet 2021

Ouvert du mercredi au samedi de 14h à 19h.

 

 

Retour en haut de la page