Théâtre

Théâtre ambulant Chopalovitch

  • Du à , au à

Adresse :
Salle Edith-Piaf
8, rue Édith-Piaf
36000 Châteauroux

Le Théâtre de la Mûrisserie vous convie à une mobilisation générale du RIRE, et de la Réflexion entre les lignes...de tirs.
Venez nombreux, même avec vos enfants en leur expliquant que c'est pour de...faux.
À bientôt. Sinon nous irons vous chercher avec nos armes de persuasion massive pour vous conduire À ÉDITH-PIAF, quartier Saint Jean.
Où vous pourrez nous voir le mardi 21 juin à 20 H en répétition générale sur réservation et le mercredi 22 et vendredi 24 juin 2022 à 20 H 30.
Vous pourrez faire un don sur les trois jours si vous le souhaitez pour les habitants d’Ukraine.

La pièce et l'histoire :

En 1941, c’est la 2ème guerre mondiale, l’Europe est occupée. Quatre comédiens de la troupe du TAC débarquent dans la petite ville d’Oujitsé en Yougoslavie. Cette troupe représentante d’un théâtre itinérant engagé, aux moyens réduits, prise dans les fils de la guerre, la résignation des habitants et des tensions qui naissent de toutes les difficultés, met un point d’honneur à vouloir montrer tout le théâtre qu’elle défend. Ils démontreront ainsi d'une urgence à répéter, à jouer, à représenter la pièce allemande de Schiller pour laquelle ils ont pu avoir une autorisation. Une tentative de dialogue et de circulation s'installera donc entre des va-et-vient théâtraux: la pièce « Les Brigands » et un parallèle avec celle d’ « Électre » et entre l'univers théâtral des comédiens et le quotidien de la population et des occupants.

Quelle est notre urgence à monter cette pièce? Que veut- elle dire pour nous aujourd'hui? Nous avions choisi cette pièce en octobre 2021 mais la déclaration de guerre à l’Ukraine par le dictateur de Russie souligne la force de cette pièce.

« Le théâtre ambulant Chopalovitch » a été écrit dans les années quatre-vingt, peu de temps après la mort de Tito (1980) et quelques années avant la nouvelle tragédie des peuples slaves. L'avait-il devinée ? Voulait-il alerter ses concitoyens et le monde que la bête immonde est prête à resurgir à tout instant, que le "bourreau" sommeille en chaque individu et qu'il suffit de circonstances pour le réveiller. La pièce nous interroge sur la place du poète, des écrivains, des artistes dans les périodes de grande crise : guerre, occupation... Il pose implicitement ces questions : "Le théâtre peut-il être utile à quelque chose ? Comment le Théâtre peut servir les hommes et la société ?" L'auteur nous fait voyager au cœur des réalités de chacun des mondes et les personnages qui se côtoient et se bousculent, dans une forme théâtrale originale et novatrice.

"Le théâtre ambulant Chopalovitch est l'histoire d'une troupe théâtrale qui, dans une ville occupée où les passions se mettent à nu, provoque une collusion entre les masques et les visages. Le déguisement et le mensonge le disputant à la validité du réel et du vrai. Ce n'est pas le théâtre dans le théâtre, mais le théâtre que tout homme provoque en lui-même et autour de lui, face aux situations anormales...".

Lioubomir SIMOVITCH ne campe que des personnages ordinaires, tellement ordinaires les uns à côté des autres qu'ils peuvent être terrifiants. L'auteur nous montre l'humanité de chacun et c'est peut-être cela le plus terrifiant.

Cette histoire est de tous les lieux et de toutes les époques. Le thème est universel. Le symbolique s’imposait donc. Le décor, les costumes sont intemporels.

Les acteurs de Chopalovitch sont au centre de l’action. Les corps des acteurs sont essentiellement les décors. Ils sont eux même l’univers du Théâtre.

Le point essentiel du parti pris de mise en scène est l’omniprésence des comédiens… Le « théâtre dans le théâtre ». Ainsi, pour renforcer le jeu des apparences voulu par Simovitch, le spectateur est amené à s’interroger souvent sur la place de l’acteur visible sur la scène. Qui est-il à ce moment ? Le comédien ? Le personnage ? Pour marquer cette « ambiguïté », l’acteur sort- il vraiment de scène ?

Attention, il n'est pas interdit de rire malgré tout... et de rêver. !!!

Retour en haut de la page